3 bonnes raisons de devenir webdesigner

0 336

Vous êtes créatif et curieux ? Vous aimez Internet ? Voici les deux principales qualités du graphiste multimédia, ou webdesigner. A l’heure où chaque entreprise, chaque institution ou chaque marque développe son site internet, son appli ou anime de plus en plus de réseaux sociaux, le métier a de beaux jours devant lui. Démonstration.

Des formations sérieuses

Si le côté créatif reste très personnel (et inné ?!), les techniques pour devenir le maître de l’identité visuelle de la Toile s’apprennent. Et les cursus se sont multipliés ces dernières années pour former les jeunes étudiants aux métiers du web. Il existe des formations webdesigner en continu ou en alternance, avec un stage en entreprise, un peu partout en France. Généralement, l’étudiant intègre l’école de graphisme ou de communication digitale après un bac+2. Il y apprend la gestion des différents outils de PAO, la définition d’un cahier des charges, les langages informatiques pour collaborer avec les développeurs… mais aussi à cultiver sa propre créativité !

Un emploi en freelance ou en équipe

Comme la plupart des métiers du digital, le webdesigner a la liberté de choisir son statut : il peut travailler au sein même de l’entreprise, de la collectivité, des médias, de l’agence web… ou se mettre à son compte.

Le statut d’indépendant est souvent un privilège pour ces créatifs peu enclins aux contraintes horaires, aux déplacements, etc. Pour “créer” l’identité visuelle, ce professionnel de l’image aime souvent travailler en musique, dans sa bulle, ou prendre le temps de trouver des sources d’inspiration. Attention en revanche, la rigueur est de mise : le web designer se doit notamment de respecter :

– le brief du client,

– les formats,

– les délais de rendus,

– les contraintes techniques du chef de projet, du développeur…

Sans oublier les bonnes pratiques du SEO, qui permettent à un site d’être bien référencé, et donc bien visible dans les moteurs de recherches.

Un métier très recherché

Eh oui, les débouchés ne manquent pas pour les graphistes multimédias ! Face à l’ampleur du développement des sites et des autres supports multimédias, le métier ne connaît pas la crise. Dans le secteur public, dans le secteur privé, les projets foisonnent pour créer un site vitrine, un e-shop, une appli, un jeu sur Facebook, une refonte de l’identité visuelle…

S’il existe des disparité entre les graphistes, la plupart d’entre eux peuvent espérer commencer leur carrière à 1500 euros bruts par mois. Ensuite, la fourchette de revenus varie entre 2000 et 2900 euros brut par mois, quand le “junior” devient web designer senior, voire beaucoup plus. On se souvient de la polémique du logo de la nouvelle chaîne France info, estimé à 500 000 euros… 

Pas de commentaires

Réagis