Les français sont-ils encore les bienvenus à Londres ?

0 3021
apprendre l'Anglais

De temps en temps, on voit dans la presse des articles expliquant que les étrangers, en particulier les français et les gens originaires des pays de l’Est, se font insulter à Londres, même menacer, sur le thème « rentrez chez vous ». Aussi la question se pose : faut-il avoir peur d’aller à Londres ?

Remettre les incidents dans leur contexte

Tout d’abord, ces incidents sont rares. Il y a des personnes racistes partout, même en France (le « même » ici, peut-être pris comme un symptôme de l’arrogance française que nous reprochent nos voisins d’Outre-Manche), et ces manifestations isolées, pour désagréables qu’elles soient, sont le fait d’une minorité que le reste du pays désavoue fortement.

Beaucoup d’anglais ont une relation étrange avec la France. Ils apprécient le pays, ont une résidence secondaire dans le Midi ou le Sud Ouest (et racontent leurs mésaventures avec humour, comme Peter Mayle dans sa série de livres sur son implantation en Provence), mais ils reprochent aux français beaucoup de choses, à commencer par un manque d’humour, des goûts culinaires étranges et un gout démesuré pour la grève. L’afflux des français qui souhaitaient s’installer à Londres pour bénéficier d’un régime fiscal plus avantageux qu’en France a renforcé ce sentiment de supériorité britannique, oubliant que la plupart de ces expatriés étaient bien contents de conserver le bénéfice du système de soins de santé français.

La campagne du Brexit a été très violente et très passionnelle. Les anglais doivent aujourd’hui guérir les cicatrices qu’elle a laissée (n’oubliez pas qu’une député a été assassinée, par un fou, certes, mais sur le prétexte de cette campagne), alors qu’un certain nombre d’entre eux regrettent leur vote : les partisans convaincus du Brexit se sont sentis mis en minorité et traités d’imbéciles après le vote, alors qu’ils avaient gagné : cela explique aussi une rancoeur qui se manifeste par ces excès.

Aller à Londres ou s’y installer ?

Par ailleurs, la question ne se pose pas exactement de la même manière selon qu’on a simplement envie de visiter Londres, d’y passer quelques vacances ou de s’y installer pour y travailler ou y étudier.

Dans le premier cas, la question ne se pose même pas : la capitale britannique reste une destination touristique de choix, surtout pendant les mois d’été, elle offre de multiples possibilités de shopping, des musées et des concerts qui peuvent séduire tout le monde.

Décider maintenant de partir travailler à Londres, par contre, demande réflexion. Le compte-à-rebours de la sortie de l’Europe est engagé, ce qui veut dire qu’un certain nombre de choses vont changer. Le gouvernement britannique souhaite maintenir le pays dans l’Europe, pour continuer à bénéficier de conventions dont il tire avantage, et l’Europe souhaite lui imposer en contrepartie la libre circulation des personnes, mais rien ne dit qu’elle y arrivera. Un scénario catastrophe, très peu probable, serait une sortie complète, un scénario vraisemblable est celui de l’accroissement des difficultés administratives, y compris d’un point de vue fiscal. Si l’on part en expatrié, il faut faire attention à inclure des filets de sécurité dans son contrat. Si on part sans contrat de travail en poche, cela sera plus difficile : il faut alors avoir un plan B de retour, au cas où il deviendrait économiquement difficile de rester.

Car une chose ne va pas changer : Londres sera toujours une des villes les plus chères du monde !

Pas de commentaires