Matt n’aime vraiment pas le guest blogging, et pourtant…

7 11334

projet seoJe pense que toute la communauté des SEOs a remarqué que Matt est en rogne contre le guest blogging (et c’est le moins que l’on puisse dire), il n’a cessé de le rappeler ces derniers mois en tentant de résonner ceux qui mènent actuellement des campagnes en ce sens (=> tous les SEOs).

Après avoir tué les sites de communiqués de presse (publication d’articles en ligne) en 2012, les annuaires en 2013, ce sera au tour du guest blogging en 2014 de connaitre son heure de gloire (déboire), sans nul doute… Avec l’arrivée d’un probable nouvel animal dont seul Google a le secret !

Tel un pied de nez, je vous en propose justement un avec cet article ! Même si je n’ai pas payé Rodrigue pour publier sur son blog, pas un euro, rien ! Non mais oh ! De toute façon il ne méritait pas un centime, pas d’accord ?

Aie aie je prends vraiment des risques en agissant de la sorte, que va-t-il m’arriver ? Un bon blacklistage en règle ? (même ranks ne s’en remettra pas) Une lettre d’huissier me demande de fermer immédiatement mon site ? Rien ? Je penche pour la dernière hypothèse.

Je comprends que Google ai envie de tout contrôler, ok mais pourquoi lutter contre un poison qui n’en ai pas un !

Car il faut tout d’abord savoir qu’il existe deux types de guest blogguing : rémunéré ou non.

Le guest rémunéré

L’article rémunéré s’assimile ni plus ni moins à de l’achat de lien : ok, ce n’est pas bien ! En plus les clients proposent bien trop souvent les mêmes liens à ajouter dans l’article de dizaines de blogueurs, des liens qui comportent encore trop souvent (pour ne pas dire toujours) des ancres bien trop optimisées pour être « naturelles ».

D’ailleurs je rejoins Sylvain sur le fait que ces articles en guest doivent être UTILES, ils ne le sont que trop peu :

  • contenu pauvre,
  • pas d’illustration,
  • aucun rapport direct avec la ligne éditoriale,
  • trop de liens vers le même site sans en citer d’autres,
  • et j’en passe…

Donc veillez à ne pas tout accepter de la part d’un annonceur sous prétexte qu’il vous paye pour le faire ! Attention également aux footprints laissés par certaines régies du style « Billet sponsorisé » ou autres. Autant mettre carrément dans la balise title de la page : « Google, google, on t’enc*** ! ». Quant aux liens nofollow exigés par Google dans ce cas de figure, sans commentaire…

Son cousin : le guest « pas cher » !

Mais qu’en est-il du guest blogging non rémunéré ? Doit-il être pénalisé ? Je ne le crois pas ! Car c’est bien Rodrigue qui m’a invité à écrire pour lui, je n’ai rien fait de mal que de proposer mes services de rédacteur web aguéri ! Qui en plus ne fé aukune fote d’ortografe lorsquil écris. Il est même venu me supplier… (si si) ! Il a tellement insisté que je n’ai pas résisté…

Imaginez le guest d’un dentiste chez Doctissimo, qui viendrait expliquer comme soulager une carie, pourquoi le lien vers son cabinet devrait-il être considéré comme du spam ?

La question à se poser est la suivante : comment fera-t-il la différence entre les deux types de guests ?? Sauf s’il s’immisce dans les plateformes de ventes de liens bien évidemment… Comme il l’a fait récemment outre atlantique…

Google = Impuissant ?

C’est pour moi un aveu supplémentaire d’impuissance de Matt, qui ne sait tout simplement plus comment faire pour lutter contre le web spam… Si ce n’est publier des vidéos tous les jours en prêchant la bonne parole auprès de la communauté. Même si, il faut bien le reconnaitre, certains guests sont vraiment très crades et n’ont tout bonnement pas lieu d’être !

C’est un peu comme l’ajout de microformat et compagnie, il essaye de tout faire pour que l’on fasse le boulot à sa place, à savoir : l’aider à positionner un site à la « bonne place » dans les serps. Non mais **** quoi !

En résumé : continuez à faire du guest blogging mais du qualitatif (et non du quantitatif) !

Et avec Google, que vous soyez petit e-commerçant ou gros, petit site media ou un monstre dans le domaine, n’oubliez pas de vous protéger, sortez couvert !

7 Commentaires

  1. Google a perdu la raison, et surtout la guerre du search, avec leurs algorithmes successifs comportant des facteurs négatifs, ils ont créé une nouvelle problématique : le negative SEO , de plus en plus de sites en sont affectés, et il est désormais plus facile de faire dégager les sites devant soit que de faire monter le sien… alors bon guest blogging ou pas, ça ne change plus grand chose, un jour ou l’autre un concurrent vous dégagera de la 1ere page, c’est juste une question de temps avant que cela n’arrive…

    • T’as complètement raison..moi c’est un concurrent qui m’a dégagé de la 1ère place..et Google en passant va de pire en pire jour après jour :(

  2. Google n’a ni tué les sites de communiqués de presse, ni tué les annuaires il a sanctionné les communiqués de presse, annuaires qui ont abusé, mal géré leur contenu il y a une différence.

    Il existe aujourd’hui des très bons annuaires, communiqués de presse qui apportent du jus. Suffit juste de savoir les reconnaitre.

    Pour le guest blogging ce sera la même chose… Tu veux te la jouer facile, tu seras sanctionné.

  3. Google ne sait plus différencier le bien du mal. Pour ma part, je vois le guest blogging comme une opportunité offerte aux blogueurs pour se faire connaitre et obtenir plus de visiteurs. Dommage que ça s’arrête!

  4. Salut Rodrigue, certains sites de CP ont une tendance « multi-auteur » , avec entre autre un rel= »author » vers ton profil. Dans ce cas c’est bon pour l’author rank mais est-ce que les baclinks dans l’article comptes puisque tu avoues être l’auteur du CP.
    Qu’en pense tu d’ajouter un rel= »author » à des CP. C’est un peu faire du CP sans tricher… ou bien ces liens ne sont peut-être pas pris en compte..

    Un avis ?

Réagis