Seller Day Amazon 2014 : Bilan de cette première à Paris

11 3913

Je viens tout juste de rentrer de Paris, je me suis enfilé un petit Fast Food et me voici pour ma réaction à chaud sur le premier événement de ce type que lance Amazon en France. Nous sommes arrivé nécessiteux d’un bon café puisque la route a été longue, et voici le démarrage de la plénière présentée par Romain Voog, président de Amazon France.

Un calepin et un crayon à l’identité de la firme nous est de suite fourni afin de prendre nos notes.

Retour sur la société Amazon par le dirigeant Français

Même si le président d’Amazon nous confie que nous sommes convié car nous faisons parti des 200 vendeurs stratégiques sur Amazon, il a tenu à nous faire une petite rétrospection sur les évolutions de la société, ainsi que ses erreurs.

PS : J’ai demandé à l’un des responsables pourquoi l’événement était réservé à un panel restreint aux 200 vendeurs faisant le plus de chiffre. La réponse est simple, ce type de vendeurs est plus à même de remonter les soucis du quotidien. J’ai donc demandé l’autorisation de divulguer certains points dans un article, car je pense que ça peut aider d’autres vendeurs qui démarrent ou ont du mal à décoller.

Pour démarrer sa rétrospection, une photo d’Amazon en 1995. Une simple page éditée en html !

 

Amazon 1995

« It’s All About the Long Term »

C’est sur cette citation historique que Romain Voog nous rappelle l’ambition d’Amazon. Ce dernier nous confie que les investissements qui sont réalisés se font exclusivement sur le long terme, c’est la stratégie même d’Amazon, puisque cette expression est celle faite par Jeff Bezos (le fondateur d’Amazon), dans une lettre appelée « To our shareowners: » => Télécharger cette lettre (pdf).

Comme exemple d’investissement, Romain nous confie qu’en 2013 :

  • 20 milliards de dollars sont dédiés au développement de la partie logistique
  • 6 milliards de dollars pour le développement du site et son contenu
  • 3 milliards de dollars dans le marketing de la société (acquisition de trafic etc.)

Restons dans les chiffres, Amazon, c’est 15000 points relais, l’utilisation de plus de 21 transporteurs, 107 millions de références produits en France.

En terme de trafic, le président d’Amazon France nous annonce 20 millions de visiteurs uniques, pour un chiffre d’affaire qui passe de 4 milliards d’euros en 2002 à plus de 74 milliards pour 2013. De quoi faire rougir les 200 meilleurs vendeurs Français ;)

En période de fête, la société réalise la plus grande partie de son chiffre d’affaire, un exemple : 850000 envois pour le seul jour du 9 décembre dernier. Imaginez cela nous donne 10 articles expédiés à la seconde !!!

Les erreurs d’Amazon

En toute transparence, Romain nous confie que les modes de ventes aux enchères ainsi que le mode Zshop (plusieurs fiches produits identiques possible) n’ont pas été ce que recherchaient les visiteurs du site il a donc fallut répondre à un seul besoin, celui d’une plateforme unique ou une seule fiche produits était possible, et un choix du vendeur en second, le buziness plan Amazon est figé.

Première conférence : Les catégories Amazon

La première conférence porte sur l’univers In Door / Out Door, avec un rappel de la création des catégories Amazon dans le temps :

  • En 2007 : Jeux jouets
  • 2010 : Sport
  • 2011 : Gros électroménagers
  • 2012 : Bricolage
  • 2013 : Auto / Moto

En exclusivité, Jean Baptiste Thomas nous annonce le détachement officiel de la catégorie Jardin (en fin de mois) pour décliner encore plus les branches de cette dernière, ce qui a ravi les vendeurs comme nous de produits Out Door.

Dans cette conférence, un grand point est évoqué par Jean Baptiste, il s’agit de l’écart entre l’offre des Etats Unis Vs la France :

  • 2,5 x plus de choix pour la catégorie Jouets
  • 4,5 x pour la cuisine et les ustensiles (linge maison / déco maison)
  • 2 x pour le gros électroménagers
  • 22 x pour la catégorie Sport
  • 10 x pour le bricolage
  • 12,5 x pour la catégorie Auto / Moto

Ce qui laisse à la France de quoi voir plus grand dans le panel de produits pas encore disponible actuellement.

Seconde conférence : Les enjeux et leviers pour améliorer le catalogue

Ce qui ressort de cette conférence, c’est 5 leviers qu’il est important de mettre en place pour optimiser vos catalogues et ainsi pouvoir vendre à coup sûr.

  1. La sélection de produits : Il est très important de bien choisir vos références, et les inclure dans la(les) bonne(s) catégories. En effet un test montre les étapes des visiteurs pour filtrer leurs recherches sur le site, et plus celle-ci est affinée, plus vous avez de chance qu’on vous trouve (encore faut-il que vous catégorisiez au mieux vos produits).
  2. La qualité du catalogue : Bien travailler vos titres, description, photos, contenu. J’ai pu évoquer un soucis que rencontre chaque eCommerçant à savoir la duplication de contenu eCommerce => Place de marché, j’ai donc proposé comme solution de développer un contenu unique pour le eCommerce, et une valeur reprise par les places de marché, histoire de ne pas pénaliser vos eCommerce.
  3. Les annonces sponsorisées : Je ne m’étale pas là dessus, idem aux adwords donc je vous laisse imaginer la suite.
  4. La livraison : Chaque intervenant de chez Amazon nous a bassiné (désolé mais ça sentait le briefing à plein nez) la livraison par Amazon « FBA » comme étant THE levier prioritaire à mettre en place.
  5. Etroitement lié au point 4, la livraison à l’international est un facteur majeur dans le développement des ventes, un exemple a été pris avec un marchand étant passé à 82% de ses ventes à l’étranger.

Autres points très importants, la marque produit, le nœud d’arborescence, ainsi que le maximum de champs, permettront à l’utilisateur de mieux filtrer sa recherche et avoir des chances de vous trouver.

Un exemple, pour un casque vélo, en passant par les filtres nous tombons à 800 offres, alors qu’en utilisant le moteur de recherche, plus de 4000 produits sont référencés. Vous comprenez l’intérêt…

Pour le dernier point, je n’ai pas la possibilité d’en dire plus car les recommandations sont confidentielles (j’ai demandé l’autorisation pour cette article mais ce point je ne pourrais pas développer).

Sachez que ces recommandations portent sur les outils analytics d’Amazon permettant de coacher vos ventes de façon magique.

Mon sentiment sur l’événement

J’ai vraiment senti un effort de la part d’Amazon (sauf pour les goodies) dans l’organisation de ce premier Seller Day ! J’ai adoré la prise en charge personnalisée ainsi que les remontées de chaque remarque des intervenants pour l’amélioration du service. J’ai évoqué un point qui nous tient à cœur à savoir la gestion des produits assortis chez Amazon, un de nos plus grands problème actuellement, encore non résolu.

Nous avons eu une discordance quant à l’attribution d’un conseiller personnalisé (pour des grands comptes nous trouvons que c’est la moindre des choses) pour nous permettre d’être épaulé sur nos points techniques. Les équipes nous ont annoncé qu’ils mettrons ça en place dès demain en me contactant pour un premier bilan (top n’est-ce pas ?).

Edit : Ils ont tenu parole et j’ai désormais un contact direct me permettant des optimisations assez poussées.

Voilà pour ma réaction à chaud !

Vous cherchez un consultant Amazon ?

11 Commentaires

  1. Un article qui change un peu de ce que l’on trouve en monétisation ^^.

    Petite question, les 200 vendeurs sont, j’imagine des vendeurs affiliés. Sont ils des gens avec de gros sites uniques pour générer des ventes sur une thématique précise ou sont-ils les propriétaires de multiples sites niche ?

    Et toi dans cette histoire, tu nous dévoiles un peu ou tu te places sur l’affiliation amazone ? ^^

    Bonne journée
    ukutchuss

    • Ce qui m’a frappé c’est de constater le fossé entre certains vendeurs. Des personnes exerçants seules figurent parmi le top200 alors j’imagine que la logistique était gérée en externe. Un exemple avec une vendeuse de sacs isotherme ! Cette dernière est seule à gérer un biz de plus de 600.000 transactions ! Impressionnant

      Nous -dans l’histoire- sommes (en France) dans le top 5 des vendeurs de jouets. On gère notre propre logistique, avec 20 employés en logistique au sein de la boite, pour te donner une idée du fossé qui nous sépare d’Amazon.

      Nous travaillons directement avec des fabricants comme Hasbro, Mattel etc, alors que certains sont des créateurs de marque, qui eux, gère la conception des produits, et les font expédier par Amazon. Bref un panel de diversité extra.

  2. Et ben ça du être extra ces conférences, passé de 4M à 74M en 1 ans purée c’est hallucinant le boom en France.

  3. Bonjour,
    Enorme cet article, des chiffres à faire tourner la tête, je me
    demandais souvent comment faisait amazon, et bien grâce à vous
    j’ai mes réponses alors Merci.
    Très bonne continuation

    Sincères Salutations

    Christian

  4. Bonjour,

    J’étais aussi présent à cette journée et j’avais quelques points à évoquer avec toi. D’abord c’est un très bel article qui représente bien la journée que nous avons passé.

    Ensuite, tu dis : « J’ai adoré la prise en charge personnalisée ainsi que les remontées de chaque remarque des intervenants pour l’amélioration du service » et « Les équipes nous ont annoncé qu’ils mettrons ça en place dès demain en me contactant pour un premier bilan (top n’est-ce pas ?). »

    Ils m’avaient dis la même chose, en rajoutant aussi que l’on pouvait envoyer des mails à l’adresse dédié pour le seller day… Sauf que depuis, je n’ai eu aucun contact avec une personne de chez Amazon, tous mes mails envoyés à cette adresse restent sans réponse…

    Peux-tu me dire ce qu’il en est de ton côté ?

    Merci,
    Simon.

    • Bonjour,

      J’ai eu depuis un conseiller pendant 3 semaines, conseiller qui ne donne plus signe de vie depuis.

      J’ai donc compris qu’une fois l’accompagnement fait, on se débrouille :(

      Edit : Mon conseiller était simplement en vacance, que je suis mauvaise langue :)

      Merci pour ton retour, et au plaisir d’échanger ;)

  5. Bonjour,
    J’ai pu aussi être parmi les vendeurs invités.
    J’ai trouvé quelques conseils très pertinents (l’arborescence, par ex) que j’ai tout de suite mis en place, cela m’a permis de déstocker des produits peu vendus auparavant.
    Sinon, même expérience avec le conseiller, perdu dans la nature 1 mois après. (j’avais surtout besoin d’aide pour gérer le catalogue aux USA).

    Merci pour l’article!
    Angela

    • Bonjour Angela, merci pour votre commentaire.

      Vous pouvez nous indiquer le nom (ou le lien) de votre boutique ?

    • C’est vrai que c’est la bonne école. Et leurs algo sont d’enfer (stat, estimation stock 0, …)