Un auto-entrepreneur doit-il opter pour une SASU ?

0 3294

Pour démarrer une activité, le statut d’auto-entrepreneur s’avère être pratique, mais est-il intéressant de changer pour choisir une société unipersonnelle (SASU) ? Voici quelques points pour valider l’un des deux concepts.

Attention à ne pas dépasser les limites du chiffre d’affaires

Du côté de l’auto-entrepreneur, le point noir s’articule sans doute autour des seuils pour le chiffre d’affaires. Ce dernier ne doit pas dépasser 82 200 euros pour le commerce ou 32 900 euros pour les activités libérales. Si toutefois l’administration fiscale constate qu’ils ne sont pas respectés, l’auto-entreprise bascule immédiatement vers une société individuelle. Ce problème est absent du côté de la SASU (Société par Actions Simplifiées Unipersonnelles), car il n’y a aucun seuil qui est susceptible d’entacher la fiscalité d’une entreprise.

Une comptabilité très différente pour ces deux statuts

Toutefois, il existe des obligations différentes concernant la comptabilité, l’auto-entrepreneur aura sans doute un quotidien simplifié. Il doit seulement à la fin de chaque mois transmettre à l’URSSAF le montant des recettes. Aucune comptable n’est donc nécessaire contrairement à une SASU. Tous les mouvements doivent être suivis à la lettre, la valeur de l’actif sera soumise à un contrôle au moins une fois par an par le biais d’un inventaire. Pendant une décennie, les documents attachés à la société devront être conservés.

Choisir en fonction de son propre profil

En ce qui concerne le régime social, l’auto-entrepreneur peut opter pour le paiement libératoire de l’impôt. Il règle ainsi tous les mois ce dernier avec les cotisations. Par contre, le dirigeant d’une SASU sera soumis au régime général de la sécurité sociale. Ce dernier est opérationnel uniquement s’il y a un chiffre d’affaires, dans le cas contraire, aucune protection ne sera au rendez-vous.

Il est assez difficile de se prononcer en faveur de l’un ou de l’autre puisque seuls les profils permettent de choisir. En se rapprochant des seuils du CA, il sera peut-être intéressant de créer une SAS. Par contre, s’ils ne sont pas dépassés, le régime de l’auto-entrepreneur est relativement simple même si la fiscalité reste importante pour les professions libérales, elle sera dans tous les cas plus faible que celle référencée pour les sociétés.

Pas de commentaires