White hat Vs Black Hat

16 1065

Le référenceur peut-il être si blanc ?

Revenons sur ce qui défini un référenceur white hat et un référenceur black hat. Je cherche ici à trouver un point commun à ces deux pratiques qui ont l’air si différentes sur le papier.

Le référenceur white hat :

Les techniques white hat permettent à un site de bénéficier d’une présence pertinente et sur le long terme en respectant les guidelines de Google. Plus vous aurez de liens -dit- naturels vers votre site (surtout depuis des domaines d’autorité), plus vous allez monter sur les résultats de moteurs. Le trajet pour arriver en top position vous paraîtra plus long mais vous êtes sûr d’arriver et d’y rester.

Le référencement black Hat :

Des techniques marginales visant à exploiter les failles de Google (dites black hat) sont destinés à améliorer le positionnement d’un site Web sur un ou des expressions données de façon très rapide et « automatique ». Seulement ce genre de technique peut engendrer un dommage irréversible à votre site puisqu’elles visent à contourner les règles d’utilisation du moteur.

Donc en gros si je résume, un mec qui dit faire du linking white hat doit se contenter de se branler devant l’écran pendant que son client s’occupe de faire sa communication afin que les autres sites se mettent à parler de lui ?

Quel est le rôle d’un référenceur ? Ce n’est pas aussi celui de jouer avec les liens ? Doit-on continuer à faire les hypocrites ?

Pourquoi je n’aime pas le terme white hat ?

bonnet-d-aneC’est difficile de dire que nous faisons du référencement naturel plus blanc que blanc ! Car cela reviendrai à laisser les liens venir d’eux même (par définition). Pourtant nous avons tous au moins une fois inscrit notre site sur un annuaire ou sur un site de communiqués.

Est-ce que vous vous êtes dit : « génial, ce site va m’apporter du trafic référent » ? NON, ce qui compte à vos yeux c’est surtout le jus que peut nous apporter l’annuaire en question, car il a une super autorité et toutes les listes d’annuaires le cite comme le meilleur.

Alors vous êtes vilain, vous portez un chapeau dont la couleur commence à ternir…

Le grey hat ? C’est ça !

Voilà comment il est d’usage d’appeler ceux qui se contentent de spamco et d’inscription dans les annuaires pour générer du lien de façon manuelle.

Inscrire votre site sur un annuaire par semaine, c’est comme dépasser les limitations sur une route de campagne… très peu de chance de se faire gauler.

En revanche le mec qui roule constamment le pied au planché lui, risque de se faire prendre beaucoup plus vite.

Continuer à faire l’hypocrite ?

Message de GWT : Nous vous invitons plus particulièrement à rechercher des liens potentiellement artificiels ou factices qui redirigeraient l’internaute vers votre site dans le but de manipuler le classement PageRank. Ces liens factices peuvent être ajoutés, par exemple, dans le cadre de la vente de liens pour améliorer le classement PageRank ou de processus d’échange de liens.

Le processus d’échange de lien : Vous pouvez demander à d’autres Webmaster de vous faire un lien, en échange d’un autre depuis votre site vers un des siens. Mais franchement autant faire bien, et offrir une réelle information plutôt qu’une Ancre seule dans une blogroll. Je vous conseille plutôt de faire un vrai contenu et de l’offrir à votre « partenaire ». Au moins vous pourrez vraiment être utile à l’internaute. Mais vous serez dans une démarche ne respectant pas les guideline de Google, aussi bien contrôlée soit-elle.

Ce que j’en tire

En conclusion l’écart entre Black hat & White hat n’est pas si grand, c’est juste une question de volume, d’automatisation et de techniques visant à automatiser ses actions pour gagner du temps et c’est d’ailleurs ultra pratique pour ranker très vite (utile pour un site éphémère). Maintenant il faut des compétences pour faire ce genre de choses, et avoir l’avis d’un référenceur utilisant les techniques black hat ne serait pas de refus.

Pour calmer les tensions, une petite vidéo !

Alors dans quelle catégorie de référenceur vous situez-vous ?

16 Commentaires

  1. Vivre dans un mode SEO White me semble un peu ennuyeux. On se contente de suivre des points définis sans penser à changer, à inventer, à être différent par des techniques propres. C’est un monde aussi plein de risque même si on est en train de suivre la foule. Cependant, le monde Black est un monde plein de risque mais qui a un goût d’une aventure. Ce deuxième monde exige de l’intelligence. Enfin, je suis une petite SEO girl white hat qui est en train de découvrir le monde vaste SEO avec tous ses détails dans son côté White. Mais, c’est probable qu’un jour je passe à la découverte du côté Black.

  2. Salut Rodrigue,
    Donc, y a du métissage dans l’air.
    Moi, c’est le « small hart » ou même le « par hasard hart » :D
    La marche entre les deux est carrément inexistante.

    Au moins, pas de risque de me faire flasher (arriver où je vais non plus d’ailleurs).

    @micalement.
    Christian.

  3. Salut Rod,
    En fait, les deux peuvent être plus agressifs que cela :
    – Google interdit de faire des liens-annuaires QUE s’ils sont de « médiocre qualité » (sic Matt Cutts). Sur de bons annuaires, c’est tout à fait autorisé. Idem, tu peux faire un lien dans un CP, si et seulement si la plateforme a beaucoup de trafic et que tu y fais une promo avant tout (mais dans ce cas, tu peux mettre un lien vers ton site, sinon, cela obligerait les internautes à te rechercher après avoir lu l’article, un comble !). Par contre, le spamco est effectivement classé comme BH à présent…
    – Le black-hat ne se contente pas de faire des liens en automatique, il profite des failles techniques des sites web pour injecter des liens : c’est un Hacker. D’ailleurs, étymologiquement parlant, cela vient de là.

  4. Merci pour ces explications ! Il est compliqué de rester « puriste » face à Google, d’autant plus que la machine se garde bien de révéler tous ses mystères. A vrai dire, je n’ai encore jamais osé l’inscription dans un annuaire, mais ce n’est pas l’envie qui m’en manque. Si ce n’est pas si risqué, à quand le passage à l’acte ?

  5. Si l’on fait appel à des annuaires de qualité, surtout en rapport avec la thématique du site, Google risque moins de trouver cela suspect. Mais est-il vrai qu’un site est mieux référencé s’il est inscrit dans des annuaires ? Cela change-t-il vraiment la donne ? Je ne suis pas sûr…

  6. Merci pour ce billet… C’est vrai, admettons que tous les référenceurs sont gris… ou en tout cas, plus gris que blanc ! Mais-delà à donner dans la face cachée, il y a un pas que nous n’oserions pas franchir ici. En tant que chef de projet, je n’ai pas envie de voir mes clients se faire bananer par Google et disparaître des classements. Maintenant, pour les annuaires, s’ils sont qualifiés, ça se discute ;-)

  7. Si rien n’est parfait, donc les référenceurs ne le sont pas aussi, ils sont tout au plus gris :). C’est la loi même de la nature! Pourtant aux yeux de google, il faut être parfait, c’est à dire white. Et ceux qui sont blancs arrivent à se démarquer largement par rapport à ceux qui sont noirs. La différence est flagrante sur ce point!

  8. Tout a fait d’accord avec cet article, dès qu’on référence ce n’est plus naturel, c’est d’ailleur pour cela que google attribue une prime de non référencement à certains sites ( souvent si vous regardez un profil de lien d’un site bien placé, ils n’ont quasiment rien ), j’oeuvre pour trouver comment bénéficier de cette prime ;) et je touche au but !

  9. Merci pour cet article. Je suis d’accord qu’il y a pas que du blanc et du noir. Il faut juste savoir employer les techniques en se définissant des limites à ne pas dépasser, et c’est le gris comme tu l’appelles. Voilà donc après c’est une question de gestion de risques…

  10. Coucou Rodrigue,

    Encore un article très intéressant, de mon côté comme tu le dis si bien rester WH n’est pas concrètement possible, je me sent plutôt Grey Hate mais tout en respectant les guidelines de Google.

    Atteindre la première c’est beau, mais faut-il encore y rester et ne pas être pénalisé ce qui est somme toute le plus important pour pérenniser son site.

    En conclusion je dirais que le référencement c’est un peu 50 nuances de gris (tiens en voilà un bon titre d’article ;-) )

    À bientôt, Sandra

  11. Hello rodrigue, Perso le seo plus blanc que blanc n’existe certainement pas ! Pour ma part a partir du moment ou l’on cherche a positionné un site dans la serp on cherche a manipulé l’algo de google donc le blanc vient de déteindre en gris. Après tant que l’on reste sous les radars tout va bien

  12. malgré que je pense que les blackhat nuisent gravement au métier de référenceur, puisque les algorithmes google ne cessent d’évoluer dans le sens du durcissement, je tire mon chapo au blackhat qui arrive à maitriser ce domaine.
    le whitehat (moi y compris) ne sont pas des blackhat raté ?

  13. J’ai la certitude que quiconque (novice ou expert) s’occupe de référencement cherche LA technique (qui n’existe pas) blanche dehors, noire dedans qui va abattre tout le boulot sans peine. Mais rien n’est tout blanc, rien n’est tout noir, on est tous coincé avec des outils plus ou moins gris à faire des choses plus ou moins grises en espérant que Gougol ne trouve pas ça trop foncé.

Réagis